Accueil Recherche simple par mot (textes et titres)
ManuscritsBiologie • DES PARTIES CONCRÈTES ET CONTENANTES, ESSENTIELLES A TOUT CORPS VIVANT
Navigation dans le document
|<  << Page : 12 >> >|
DES PARTIES CONCRÈTES ET CONTENANTES, ESSENTIELLES A TOUT CORPS VIVANT
Si l'on examine avec attention qu'elle est l'origine et la base réelle des 
parties concrètes et contenantes des corps vivans, l'on se convaincra que c'est 
constamment et partout un tissu celluleux ou vésiculeux qui fut d'abord de 
consistance gélatineuse, qui devient ensuite plus décidément membraneux, et 
qui fournit, par l'influence des fluides qui se meuvent dans les parties, les 
cavités, les vaisseaux et les organes de tous les genres.
 

En effet plus on approfondira cette considération, en y rapportant les 
observations et les faits connus, plus on sera convaincu que le tissu celluleux 
est en quelque sorte la matrice qui reçoit tous les modes d'organisation, et 
que c'est dans son sein que toute espèce d'organe a été formé ou s'est 
développé.
 


Ce tissu constitue en totalité les organisations les plus simples, et dans 
celles qui sont plus composées, on le rencontre enveloppant toutes les parties, 
leur servant de lien et communiquant partout.
 

Comme il est composé d'expansions membraneuses ou de lames qui se croisent et 
s'entrelacent en divers sens, on peut résumer qu'il est formé de molécules 
intégrantes infiniment petites, d'une nature quelconque d'une consistance 
variable, et cohérentes entr'elles par l'intermède d'un gluten qui les unit.
 

Dans leur union, ces molécules, intégrantes ou essentielles sont disposées à 
côté les unes des autres sur un même plan, formant ce qu'un nomme une 
membrane ; et il y a lieu de croire qu'elles ne sont jamais placées en série 
simple et linéaire pour former ce qu'un appelle une fibre.
 

Il me paroit en effet très-vraisemblable que dans le tissu des corps vivans, 
les fibres qu'on y observe n'en sont jamais des parties primaires ; car dans les 
corps vivans les plus simples, il n'y a pas de véritables fibres, et je pense 
qu'on n'en sçauroit trouver dans les embryons récemment fécondés des autres 
corps vivans. 
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Auteur et directeur de publication : Pietro CORSI, pietro.corsi@history.ox.ac.uk
Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.