Accueil Recherche simple par mot (textes et titres)
ManuscritsBiologie • CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES
Navigation dans le document
|<  << Page : 6 >> >|
CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES
Pour l'homme qui observe et étudie la nature, la considération des matières 
et des corps qu'il apperçoit fait uniquement l'objet de son attention et de ses 
recherches. 
 

Par suite de cette considération suivie avec constance, il acquiert la 
connoissance de beaucoup de faits ; il s'en forme des idées et les multiplie à 
l'infinie, et bientôt il en obtient des connoissances sur les qualités 
générales et particulières des corps, sur leurs distinctions, leurs rapports, 
leurs actions réciproques, etc., etc., enfin il en obtient des idées, non 
absolues mais relatives, du mouvement, de l'étendue, de l'espace, et de la 
durée. 
 

Il remarque qu'il existe dans la nature deux sortes de corps infiniment 
distinguées l'une de l'autre, que ces 2 sortes de corps se partagent 
généralement tous les corps qui lui sont perceptibles, et qu'elles constituent 
deux règnes primordiaux, qu'il importe de ne jamais confondre.
 

Les uns sont essentiellement des corps bruts, sans organisation et sans vie 
réelles ; tandis que les autres sont des corps organisés complettement, 
quoique d'une maniere quelconque, et doués de la vie, c'est-a-dire ayant 
certaines de leurs parties internes plus ou moins en mouvement, ce qui constitue 
leur vie active (I). 

(I)    On verra que la vie sans cesser d'exister dans un corps, peut être 
suspendue au point qu'il y a cessation complette de tout mouvement organique ou 
vital. Mais tant que l'intégrité de l'organisation n'est pas détruite, ce 
corps n'a point subi la mort, et ne peut être encore rangé parmi les corps 
bruts.
 

Lorsqu'un corps vivant vient de subir la mort, quoique l'on puisse encore 
reconnoître en lui les traces ou les restes de l'organisation qu'il a possedé, 
cette organisation n'ayant plus son integrité puisqu'elle n'est plus propre à 
l'exécution du mouvement organique, ce corps rentre dès lors dans le domaine 
des corps bruts ; il est soumis à leurs loix, et il subit par l'effet de ces 
loix des changemens dans ses parties qui effacent graduellement les traces de 
l'organisation qui a existée en lui. 
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Auteur et directeur de publication : Pietro CORSI, pietro.corsi@history.ox.ac.uk
Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.