Accueil Recherche simple par mot (textes et titres)
MémoiresMémoire sur le projet du Comité des Finances, relatif à la suppression de la place de Botaniste attaché au Cabinet d'Histoire naturelle • PREMIERE PROPOSITION
Navigation dans le document
|<  << Page : 2 >> >|
PREMIERE PROPOSITION
La place de Botaniste attaché au Cabinet d'Histoire Naturelle est d'une 
nécessité indispensable.
 

La riche et vaste collection du Cabinet du Roi se partage naturellement en 
individus appartenant aux trois règnes de la Nature. Ce sont des animaux, des 
végétaux et des minéraux, qui, par leur nombre, leur conservation, et très 
souvent leur rareté, forment, au Cabinet dont il s'agit, la plus belle 
peut-être, la plus précieuse, et surtout la plus intéressante des collections 
d'Histoire Naturelle que l'on connaisse. Sans l'ordre convenable dans chaque 
partie, et sans la juste détermination des objets qu'elle comprend, cette vaste 
collection n'offrirait certainement qu'un amas confus d'individus de tous les 
genres et de toutes les espèces ; amas sans intérêt et absolument dépourvu 
de l'utilité qui en fait le principal mérite.
 

S'il était possible à un homme seul d'embrasser à la fois l'étude de toutes 
les parties de l'Histoire naturelle, et de l'approfondir jusque dans ses 
moindres détails, alors l'homme qui offrirait l'exemple d’un pareil talent, 
suffirait seul au Cabinet d'Histoire naturelle pour tout ordonner et tout 
déterminer convenablement.
 

Mais cela n'est pas possible ; le savant le plus instruit dans la connaissance 
des animaux, en un mot celui qui parviendra à connaître les quadrupèdes, les 
oiseaux, les poissons, les insectes et les vers, n'aura certainement que des 
idées vagues et infiniment superficielles des végétaux connus ; et le 
Botaniste profond dans sa partie, assurément ne connaîtra que très vaguement 
les animaux et les minéraux. Il faut donc, si l'on veut donner à 
l'établissement du Cabinet du Roi le degré d'utilité dont il est susceptible, 
attacher à ce Cabinet trois savans distingués, chacun par une grande étendue 
de connaissances, l'un dans le règne animal, le second dans les végétaux et 
le troisième dans tout ce qui appartient au règne minéral. 
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Auteur et directeur de publication : Pietro CORSI, pietro.corsi@history.ox.ac.uk
Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.