Accueil Recherche simple par mot (textes et titres)
MémoiresMémoire sur les cabinets d'histoire naturelle et particulièrement sur celui du jardin des plantes • Sur le Cabinet d'Histoire Naturelle du Jardin des Plantes de Paris
Navigation dans le document
|<  << Page : 5 >> >|
Sur le Cabinet d'Histoire Naturelle du Jardin des Plantes de Paris
Il s'en faut de beaucoup que l'ordre dont je viens de faire l'exposition, comme 
étant essentiel à un cabinet d'histoire naturelle institué pour l'utilité 
des sciences, ait jamais été établi dans celui du Jardin des plantes. A la 
vérité, tous les individus qui composent la riche collection de ce cabinet y 
sont distingués par règnes, dans des salles particulières, de manière que la 
première salle en entrant comprend ce qui appartient au règne végétal ; la 
seconde renferme des minéraux : la troisième et la quatrième contiennent tout 
ce qui fait partie du règne animal. Mais, dans chaque règne, les êtres ne 
sont point classés systématiquement, comme il importe qu'ils le soient. Les 
genres n'y sont point distingués les uns des autres, et les espèces souvent 
dénommées empiriquement ou désignées vaguement sous des noms français 
vulgaires, n'y sont point déterminées ni indiquées sous les noms reçus des 
Naturalistes.
 

Or, il est évident que quiconque se proposerait de tirer quelque secours de ce 
cabinet public, pour son instruction, perdrait d'abord un temps considérable à 
découvrir quels sont les vrais noms génériques et spécifiques qu'il faut 
rapporter aux individus de la collection de ce cabinet, et que ce ne pourrait 
être que par des recherches et des travaux d'une grande étendue qu'il 
parviendrait à distinguer les objets de cette collection, qui sont tout-à-fait 
nouveaux pour le public, de ceux que l'on trouve mentionnés, décrits ou 
figurés dans les ouvrages des Naturalistes. Mais ces travaux et ces recherches 
à faire ne sont pas même à la disposition de ceux qui voudraient s'en 
occuper. En effet, les objets dont il s'agit, tous enfermés dans des armoires 
vitrées qu'on n'ouvre point au public, ne peuvent être examinés ni étudiés 
par ceux qui, travaillant sur l'histoire naturelle, se livrent partout aux 
recherches et aux observations qu'il leur importe de suivre. Aussi ce même 
cabinet est-il visité deux fois chaque semaine par des promeneurs et des gens 
désœuvrés qui n'y viennent jamais chercher de l'instruction et des 
connoissances, mais seulement de l'amusement et de la dissipation ; tandis que 
rebutés par des difficultés sans nombre, les Naturalistes occupés de 
recherches propres à étendre les connaissances utiles, n'y viennent presque 
jamais puiser les connaissances qu'ils pourraient en obtenir. 
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Auteur et directeur de publication : Pietro CORSI, pietro.corsi@history.ox.ac.uk
Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.