Accueil Recherche simple par mot (textes et titres)
LivresRecherches sur l’organisation des corps vivans • QUELQUES CONSIDÉRATIONS RELATIVES A L’HOMME
Navigation dans le document
|<  << Page : 124 >> >|
QUELQUES CONSIDÉRATIONS RELATIVES A L’HOMME
Quant à l’homme, à son origine, à sa nature particulière, j’ai déjà 
fait connoître dans cet écrit que je n’avois pas ces objets en vue dans mes 
observations. Son extrême supériorité sur les autres corps vivans indique que 
c’est un être privilégié, qui n’a de commun avec les animaux que ce qui 
concerne la vie animale.
 

A la vérité, l’on observe une sorte de gradation dans l’intelligence des 
animaux, comme il en existe une dans le perfectionnement de leur organisation, 
et on remarque qu’ils ont des idées, de la mémoire qu’ils pensent, 
qu’ils choisissent, qu’ils aiment, qu’ils haïssent, qu’ils sont 
susceptibles de jalousie, et que par diverses inflexions de leur voix et par des 
signes, ils se communiquent et s’entendent. Il n’en est pas moins évident 
que l’homme seul est doué de la raison, et que par cette considération il 
est bien distingué de toutes les autres productions de la nature.
 

Cependant, si l’on avoit égard au tableau
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Auteur et directeur de publication : Pietro CORSI, pietro.corsi@history.ox.ac.uk
Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.