Accueil Recherche simple par mot (textes et titres)
LivresHydrogéologie • MÉMOIRE SUR LA MATIÈRE DU SON.
Navigation dans le document
|<  << Page : 225 >> >|
MÉMOIRE SUR LA MATIÈRE DU SON.
LE choc des corps, opéré à certaine distance de nous, produit sur l'organe de 
notre ouïe une sensation connue de tout le monde, sous le nom de bruit ou de 
son (1). Il n'est pas douteux que cette sensation ne soit le résultat de 
l’ébranlement ou de la vibration d'une matière fluide, interposée entre le 
corps choqué et notre organe ; matière que son extrême transparence ne nous 
permet pas d'apercevoir.
 

Quelque familière que nous soit cette sensation du son ou du bruit, il me 
semble que la matière qui la cause, en affectant notre 

(1) Le son, proprement dit, résulte du choc des corps élastiques : il est dû 
à une série de vibrations régulières et décroissantes de ces corps ou de 
leurs parties ; vibrations qui opèrent dans le fluide subtil, qui est la 
matière propre de ce son, une série de vibrations analogues.
 

Le bruit, au contraire, résulte du choc des corps non élastiques : il est le 
produit d'un ou de plusieurs chocs qui ne se répètent point par vibrations. Ce 
n'est en quelque sorte qu'un son simple. 
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Auteur et directeur de publication : Pietro CORSI, pietro.corsi@history.ox.ac.uk
Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.