Accueil Recherche simple par mot (textes et titres)
LivresRéfutation de la théorie pneumatique • ARTICLE III. Sur l'existence de l'état du feu que je nomme son état naturel
Navigation dans le document
|<  << Page : 20 >> >|
ARTICLE III. Sur l'existence de l'état du feu que je nomme son état naturel
1007. Les chimistes modernes ne nient pas l'existence de la matiere du feu, 
puisque la matiere de la chaleur qu'ils sont forcés de reconnaitre, et leur 
calorique sont la même chose. Mais comme ils ne se sont nullement occupés 
d'examiner l’état singulier de ce calorique, ni de déterminer la cause de 
ces facultés, et surtout de son mouvement expansif (1) ; ils prennent les 
qualités et les facultés du feu calorique pour les facultés mêmes du la 
matiere du feu ; ce qui les jette dans des erreurs indéfinies. Je vais en 
donner des preuves.
 

1008. J'ai prouvé [ 91 à 121 ] qu'il existe dans la nature une matiere 
particuliere, perceptible à nos sens, et qui est évidemment distinguée de la 
lumiere, de l'air, de l'eau et de la terre, par des qualités qui ne sont 
propres qu'à 

(1) Mouvement d'abord de la plus grande véhémence qui va toujours ensuite en 
s'affaiblissant, ce qui, par les suites même de son effectuation, s'anéantit 
nécessairement à la fin. 
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Auteur et directeur de publication : Pietro CORSI, pietro.corsi@history.ox.ac.uk
Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.