Accueil Recherche simple par mot (textes et titres)
LivresExtrait du cours de zoologie sur les animaux sans vertèbres • II. ANIMAUX SENSIBLES.
Navigation dans le document
|<  << Page : 44 >> >|
II. ANIMAUX SENSIBLES.
Point de colonne vertébrale ; un cerveau, et le plus souvent une masse 
médullaire allongée ; quelques sens distincts ; les organes du mouvement 
attachés sous la peau ; forme générale rendue symétrique par des parties 
paires, qui sont bisériales lorsqu'elles se répètent.
 

Ces animaux sentent, mais n'obtiennent de leurs sensations que de simples 
perceptions des objets.
 

Ici, commence, à l'égard des animaux, un ordre de choses très-différent de 
celui qu'on a vu dans les animaux des quatre classes précédentes. 
L'organisation a fait de grands progrès dans sa composition, et le système 
nerveux, éminemment accru, et dorénavant parfaitement déterminable dans ses 
parties, est déjà suffisamment composé pour constituer cet appareil d'organes 
essentiel à la production du sentiment.
 

Ici encore, cette forme symétrique par des parties paires, et qui entre dans le 
plan des animaux les plus parfaits, (I) se montre d'une manière remarquable; 

(I) Ces expressions d'animaux parfaits et d'animaux imparfaits sont des 
abbréviations élocutoires, commodes pour désigner ceux dont l'organisation 
approche le plus de celle de l'homme ou s'en éloigne davantage ; l'organisation 
de l'homme pouvant être considérée comme la plus parfaite, comme celle qui 
donne le plus de facultés, et surtout la réunion de facultés la plus 
éminente.
 

Qui ne sait que chaque corps vivant quel qu'il soit, dans l'état d'organisation 
où il se trouve, est un être réellement parfait, c'est- [c’est-à-dire] 
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Auteur et directeur de publication : Pietro CORSI, pietro.corsi@history.ox.ac.uk
Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.