Accueil Recherche simple par mot (textes et titres)
LivresRecherches sur les causes des principaux faits physiques • Observations physiques sur l'explosion du magasin à poudre de la plaine de Grenelle, arrivée le 14 Fructidor, l'an second de la République française
Navigation dans le document
|<  << Page : 401 >> >|
Observations physiques sur l'explosion du magasin à poudre de la plaine de Grenelle, arrivée le 14 Fructidor, l'an second de la République française
Lorsqu'arriva l'affreux accident qu'éprouva la poudrerie établie près de 
Paris, dans la plaine de Grenelle, je m'appeçus bien clairement que le fluide 
qui occasionna la commotion que je ressentis dans le lieu où je me trouvois, 
n'étoit nullement l'air. Incapable de cette célérité de mouvement qui, 
presque avec la promptitude de l'éclair, se fit ressentir à la fois dans tous 
les points d'une même circonférence, et à de très-grandes distances, il est 
également incapable de produire à la distance où je me trouvois [à plus 
d'une lieue] les effets que j'observai. Je sentis en effet que la matière qui 
ébranloit tout, sembloit venir plutôt du sol, que celle qui, propageant son 
ébranlement à travers l’air, occasionnoit le bruit qui se fit entendre. Il 
me parut qu'elle me pénétrait et se faisoit ressentir, sans affecter à 
l'extérieur le sens du toucher ; car j'étois à ma fenêtre, faisant face au 
lieu où s'opérait cette terrible détonnation, et je n'éprouvai aucune 
impression au visage. J'appris que, dans une maison fort élevée, la commotion 
s'était plus fortement fait sentir en bas que dans le haut de cette maison. La 
plus grande agitation de fait (comme dans les tempêtes) peut bien causer le 
renversement des édifices, le soulèvement des toits, &c. &c. ; mais elle ne 
lui fait pas casser des vitres sans forcer les fenêtres ; ce qui est cependant 
arrivé, et même à des fenêtres dans diverses sortes d'expositions et à 
l'abri des coups de vent.
 

La matière qui a produit la commotion que j'ai observée n'a pas fait voler un 
papier de dessus ma table, ce qu'un léger zéphyr eût opéré. Elle produisit 
les plus grands effets  sur les corps denses, et ne fit nullement frémir le 
feuillage des arbres qui étaient sous mes yeux. Une porte de communication de 
ma chambre à une pièce voisine s'ouvrit, et les plus légers ébranlemens ne 
se firent point remarquer dans les rideaux. Le piton d'un crochet qui tenait une 
porte fermée s'arracha, pendant que le calme de l'air se faisait, dans le même 
lieu, ressentir par le repos des corps légers, &c. &c. 
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Auteur et directeur de publication : Pietro CORSI, pietro.corsi@history.ox.ac.uk
Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.