Accueil Recherche simple par mot (textes et titres)
LivresRecherches sur les causes des principaux faits physiques • ARTICLE VI. Les deux élémens compressibles, savoir le feu et l'air, ayant une densité plus grande que celle qui leur est naturelle, augmentent la pesanteur des corps qu'ils pénètrent, ou qui les contiennent, proportionnellement à leur quantité dans ces corps
Navigation dans le document
|<  << Page : 290 >> >|
ARTICLE VI. Les deux élémens compressibles, savoir le feu et l'air, ayant une densité plus grande que celle qui leur est naturelle, augmentent la pesanteur des corps qu'ils pénètrent, ou qui les contiennent, proportionnellement à leur quantité dans ces corps
362. Si tous les corps qui existent, ne contenoient leurs élémens constitutifs 
que dans leur état naturel, il n'y a point de doute, comme je l'ai déjà dit 
[19 et 20], que les corps les plus pesans de la nature ne pourvoient être que 
simples et uniquement formés par l'élément terreux ; car cet élément étant 
plus pesant que les autres, il s'ensuit qu'une masse de terre pure, dont les 
molécules seroient dans un état d'aggrégation parfait, devroit être plus 
pesante qu'une masse de toute autre matière, ou de tous corps composés ayant 
un égal volume.
 

363. Mais comme parmi les quatre élémens connus, il s'en trouve deux qui sont 
très-compressibles, et par conséquent sus- [susceptibles] 
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Auteur et directeur de publication : Pietro CORSI, pietro.corsi@history.ox.ac.uk
Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.