Accueil Recherche simple par mot (textes et titres)
LivresHistoire naturelle des animaux sans vertèbres • CINQUIÈME PARTIE. Des penchans, soit des animaux sensibles, soit de l’homme même, considérés dans leur source, et comme phénomènes de l’organisation
Navigation dans le document
|<  << Page : 259 >> >|
CINQUIÈME PARTIE. Des penchans, soit des animaux sensibles, soit de l’homme même, considérés dans leur source, et comme phénomènes de l’organisation
Dans ce qui appartient à la nature, tout est lié, tout est dépendant, tout 
est le résultat d’un plan commun, constamment suivi, mais infiniment varié 
dans ses parties et dans ses détails. L’homme lui-même tient, au moins par 
un côté de son être, à ce plan général, toujours en exécution. Il est 
donc nécessaire, pour ne rien omettre de ce qui est le produit de 
l’organisation animée par la vie, de considérer ici séparément, quelle est 
la source des penchans et même des passions dans les êtres sensibles en qui 
nous observons ces phénomènes naturels.
 

Ainsi, comme on pourrait d’abord le penser, le sujet de cette cinquième 
partie n’est nullement étranger au but que je me suis propose dans cette 
Introduction ; savoir : celui d’indiquer les faits et les phé- [phénomènes] 
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Auteur et directeur de publication : Pietro CORSI, pietro.corsi@history.ox.ac.uk
Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.