Accueil Recherche simple par mot (textes et titres)
LivresHistoire naturelle des animaux sans vertèbres • CHAPITRE PREMIER. Des corps inorganiques, soit solides ou concrets, soit fluides, en qui le phénomène de la vie ne saurait se produire, et des caractères essentiels de ces corps
Navigation dans le document
|<  << Page : 31 >> >|
CHAPITRE PREMIER. Des corps inorganiques, soit solides ou concrets, soit fluides, en qui le phénomène de la vie ne saurait se produire, et des caractères essentiels de ces corps
Avant de rechercher ce que sont positivement, soit les animaux, soit les 
végétaux, il importe de connaître ce que sont, de leur côté, les corps qui 
ne sauraient jouir de la vie, et de fixer nos idées sur l’organe, l’état 
et la nature de ces corps incapables de vivre. Alors, les comparant avec ceux en 
qui le phénomène de la vie peut se produire, les caractères qui indiquent la 
limite qui sépare ces deux sortes de corps, pourront être mis en évidence, 
s’ils existent.
 

Mon dessein n’est assurément pas de considérer ici aucun des corps 
inorganiques en particulier, ni d’entrer dans le moindre détail sur 
l’étude déjà fort avancée de ces corps; mais comme nous devons tâcher de 
nous former une idée juste et claire de l’animal, nous efforcer de le 
connaître sous tous ses rapports, et que l’animal est essentiellement un 
corps 
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Auteur et directeur de publication : Pietro CORSI, pietro.corsi@history.ox.ac.uk
Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.