Accueil Recherche simple par mot (textes et titres)
LivresAnnuaires météorologiques • Sur les rapports des variations de température de l'air atmosphérique, avec celles de sa densité
Navigation dans le document
|<  << Page : 156 >> >|
Sur les rapports des variations de température de l'air atmosphérique, avec celles de sa densité
Pendant la lune diurne (d'un quintan de la dernière phase au tritan de la 
suivante, divisé par la première syzygie), l'intervalle de ce temps offre en 
général des matinées à-peu-près égales aux soirées.
 

Pendant la lune nocturne (d'un quintan de la dernière phase, au tritan de la 
suivante, divisé par la deuxième syzygie), l'intervalle de ce temps offre 
aussi en général des matinées à-peu-près égales aux soirées.
 

Sur les rapports des variations de température de l'air atmosphérique, avec 
celles de sa densité.
 

Une considération importante, et qu'on ne doit jamais perdre de vue dans 
l'étude de la Météorologie, c'est qu'il existe constamment des rapports entre 
la densité de l'air atmosphérique et la quantité de calorique dont il est 
pénétré, comme il en existe entre sa densité et la quantité d'eau qu'il 
tient en dissolution.
 

La quantité de calorique contenue dans une masse d'air déterminée, constitue 
ce qu'on nomme la température de cette masse. Cette quantité ne peut varier 
dans cette masse, à moins que la densité de l'air dont il s'agit ne subisse 
une variation quelconque ; ainsi un mètre cube d'air atmosphérique ayant telle 
densité, ne peut contenir que telle quantité de calorique.
 

En effet, des expériences connues nous ont
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Auteur et directeur de publication : Pietro CORSI, pietro.corsi@history.ox.ac.uk
Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.