Accueil Recherche simple par mot (textes et titres)
LivresAnnuaires météorologiques • Sur les mouvemens diurnes et réguliers du mercure du baromètre, lorsque des causes accidentelles ne les interrompent pas
Navigation dans le document
|<  << Page : 151 >> >|
Sur les mouvemens diurnes et réguliers du mercure du baromètre, lorsque des causes accidentelles ne les interrompent pas
Il y a beaucoup d'apparence qu'il existe des mouvemens diurnes et réguliers du 
baromètre, occasionnés par l'action du soleil, qui doivent être d'autant plus 
perceptibles, qu'on les observe dans des climats où l'atmosphère est moins 
troublée par des variations accidentelles.
 

D'après cette considération, les mouvemens dont je parle, doivent être fort 
remarquables entre les deux tropiques, et s'appercevoir très-difficilement dans 
les climats des grandes latitudes.
 

Qu'il est dommage, ai-je dit dans mon Annuaire de l'an IX, pag. 125, que parmi 
les hommes qui habitent les contrées comprises entre les tropiques, il s'en 
trouve si peu qui donnent de l'attention à ces grands faits !
 

M. Humboldt écrivit de Caracas en Amérique méridionale, le 23 frimaire an 
VIII, qu'il avoit remarqué quatre marées atmosphériques en vingt-quatre 
heures. Il dit que
 

Le mercure descend depuis neuf heures du matin jusqu'à quatre heures du soir ;

Qu'il monte depuis quatre heures du soir jusqu'à onze heures ;

Qu'il descend depuis onze heures du soir jusqu'à quatre heures et demie du 
matin ; 
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Auteur et directeur de publication : Pietro CORSI, pietro.corsi@history.ox.ac.uk
Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.