Accueil Recherche simple par mot (textes et titres)
LivresAnnuaires météorologiques • Sur les divisions du second calendrier
Navigation dans le document
|<  << Page : 40 >> >|
Sur les divisions du second calendrier
IL n'est point du tout indifférent, pour l'avancement de la météorologie, et 
particulièrement pour saisir les rapports qui existent entre les faits et les 
causes qui y donnent lieu, d'employer telle division de l'année établie par 
l'usage, ou telle autre ; car si les divisions en usage ne coincident pas 
exactement avec les divisions du cours apparent du soleil, leur emploi nuira 
nécessairement à l'étude de la météorologie.
 

Les jours, dans l'usage civil, ont pour limites l'intervalle d'un minuit à 
l'autre, et néanmoins, les astronomes les limitent différemment dans leurs 
travaux. Je ne sais si cette dissidence est bien nécessaire ; mais en 
météorologie, il me paroît évident qu'il doit y avoir une coincidence 
précise entre les divisions principales dont on fait usage, et celle du cours 
annuel de la terre.
 

Ainsi, forcé d'employer pour la météorologie des divisions de l'année 
exactement en rapport avec le cours apparent du soleil, je partage l'année en 
deux semestres solaires, qui sont :
 

Le semestre solaire austral,

Le semestre solaire boréal.

Le semestre austral comprend exactement deux saisons, l'automne et l'hiver.
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Auteur et directeur de publication : Pietro CORSI, pietro.corsi@history.ox.ac.uk
Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.