Accueil Recherche simple par mot (textes et titres)
LivresAnnuaires météorologiques • Sur les couches atmosphériques où les vents se développent
Navigation dans le document
|<  << Page : 128 >> >|
Sur les couches atmosphériques où les vents se développent
Les raréfactions de l'air opérées par l'influence de la lumière du soleil, 
se font constamment dans le voisinage de la terre, et particulièrement près de 
la surface des parties nues des continens et des îles, tant que la lumière y 
arrive. Mais lorsqu'une couche de nuages étendus en voile, empêche la lumière 
de parvenir à la surface même de la terre, c'est alors l'air qui domine les 
nuages, qui subit les raréfactions que la lumière directe du soleil sait 
opérer sur tout point de résistance à son passage, c'est-à-dire sur tout 
point qui la réfléchit (1).
 

Les portions de l'atmosphère qui s'appuient sur la surface du globe, se 
raréfient donc continuellement pendant la durée de l'influence de la lumière 
qui s'y trouve réfléchie, et cette raréfaction va sans cesse en se 
détruisant à mesure que les portions d'air qui l'ont subie sont plus élevées 
dans l'atmosphère ; c'est-à-dire sont plus écartées des points de 
résistance où la lumière a formé la chaleur.
 

Il suit de ce que je viens d'exposer, qu'à mesure qu'une portion d'air 
atmosphérique, 

(1) Voyez mes Mémoires de Physique et d'Histoire naturelle, p. 179, paragr. 217 
et 223 à 232 ; voyez aussi mes Recherches sur les causes des principaux faits 
physiques, vol. 1, pag. 261 à 268. 
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Auteur et directeur de publication : Pietro CORSI, pietro.corsi@history.ox.ac.uk
Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.