Accueil Recherche simple par mot (textes et titres)
LivresAnnuaires météorologiques • Sur l'observation des vents
Navigation dans le document
|<  << Page : 142 >> >|
Sur l'observation des vents
au-dessus des grandes plaines et au milieu des continens ou des grandes îles.

Mais je sais que dans les pays de montagnes, par des déviations que les vents y 
subissent, et que dans le voisinage de la mer, par des différences de 
raréfactions atmosphériques diurnes, il y a des modifications à déterminer 
dans le caractère et les effets des vents qui soufflent dans les pays qui sont 
dans ces situations. Je m'en occuperai dans un autre numéro.
 

Sur l'observation des vents.

J'ai déjà exprimé, dans l'Annuaire météorologique de l'an X, p. 112, 
combien l'observation exacte des vents qui règnent chaque jour, était 
importante pour l'intelligence des faits météorologiques, et en même temps 
combien elle étoit difficile.
 

Les physiciens qui se sont occupés d'observations météorologiques, ont 
beaucoup multiplié les genres d'observations à faire chaque jour ; et l'on 
sait qu'outre l'observation du baromètre, du thermomètre, et de 
l'anémomètre, la plupart se sont astreints à observer l'hygromètre, 
l'udomètre, l'atmidométre, la boussole, la couleur du ciel, &c. Je suis bien 
éloigné de blâmer leur zèle à cet égard : mais il m'a paru qu'ils ont 
attaché peu d'importance à l'observation des vents ; car la plupart se sont 
contentés d'observer l'anémomètre, ou les girouettes qui en tiennent lieu, et 
en cela je crois qu’ils se sont fortement 
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Auteur et directeur de publication : Pietro CORSI, pietro.corsi@history.ox.ac.uk
Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.