Accueil Recherche simple par mot (textes et titres)
LivresAnnuaires météorologiques • Seconde Tentative
Navigation dans le document
|<  << Page : 123 >> >|
Seconde Tentative
ver de rapports constans entre les variations du baromètre et celles de l'état 
du ciel, parce que les faits relatifs aux variations des mouvemens de 
translation de l'air, et à celles de son état dans ses différentes couches, 
ne furent jamais soigneusement étudiés. Il en est résulté que l'importante 
distinction des cas où il n'existe qu'un seul courant d'air, d'avec ceux ou 
plusieurs courans divers règnent simultanément, n'ayant point été faite, ou 
plutôt n'ayant point été considérée, car elle fut apperçue par le Cat, le 
problême resta sans solution, et fut abandonné. Cependant cette distinction, 
à laquelle il faut joindre la considération des variations dans la force ou la 
rapidité de chaque vent, satisfait à tous les cas, comme je m'en suis assuré, 
et comme je l'ai exposé dans un mémoire qui n'a pas encore été livré à 
l'impression.
 

Tel fut le premier objet vers lequel les recherches des physiciens se sont 
dirigées, et telle fut l'issue de la première tentative qu'on fit pour donner 
des bases à la météorologie.
 

SECONDE TENTATIVE.

LE second effort qu'on tenta pour établir la science dont il s'agit ; fut 
dirigé vers la question de savoir s'il est certain que la lune ait sur 
l'atmosphère terrestre une influence réelle dont l'intensité augmente ou 
diminue selon les circonstances relatives aux différentes positions de cette 
planète par rapport à nous. Ce fut Joseph 
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Auteur et directeur de publication : Pietro CORSI, pietro.corsi@history.ox.ac.uk
Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.