Accueil Recherche simple par mot (textes et titres)
LivresAnnuaires météorologiques • Première tentative
Navigation dans le document
|<  << Page : 101 >> >|
Première tentative
Toute la météorologie des anciens fut donc uniquement bornée à la recherche 
des signes propres à fournir des pronostics sur les changemens prochains que le 
temps pouvoit offrir, ou sur sa constance à se maintenir dans tel état de 
choses pendant une durée remarquable. Je me propose de donner ailleurs le 
tableau des signes qu'on a cru propres à l'objet recherché.
 

Ce ne fut que vers le milieu du dix-septième siècle que les premières 
tentatives relativement à la météorologie, furent faites, et ce fut seulement 
à l'occasion de la découverte du baromètre : mais on ne dirigea ces 
tentatives que vers un seul objet ; et comme on n'obtint aucun succès, la 
science n'en reçut aucune base, et conséquemment ne fut pas créée.
 

PREMIERE  TENTATIVE.

Dès qu'en 1643, le célèbre italien Toricelli eut fait la découverte du 
baromètre, et qu'il eut reconnu qu'une colonne d'environ 28 pouces de mercure, 
ou 32 pieds d'eau contenue dans un tube fermé dans sa partie supérieure, ne se 
soutenoit à cette hauteur, que parce qu'elle se trouvoit en équilibre avec un 
contrepoids commun qui est l'air atmosphérique, Pascal confirma bientôt la 
pesanteur de l'air, non-seulement par certaines expériences particulières, 
mais encore en imaginant que si l'on s'élevoit sur une montagne avec un 
baromètre, on devoit voir le mercure s'abaisser à mesure qu'on se 
rapprocheroit de son sommet. On sait que 
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Auteur et directeur de publication : Pietro CORSI, pietro.corsi@history.ox.ac.uk
Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.