Accueil Recherche simple par mot (textes et titres)
LivresAnnuaires météorologiques • Observations sur les vents tempêtueux
Navigation dans le document
|<  << Page : 135 >> >|
Observations sur les vents tempêtueux
doit s'attendre qu'il lui succédera un vent de retour, soit direct, soit 
indirect.
 

L'atmosphère des grandes latitudes étant très-sujet à offrir de pareils 
phénomènes, y doit donc alors présenter des oscillations irrégulières qui 
tiennent à la compressibilité des fluides qui composent sa masse, et qui ne 
permettent pas qu'on puisse y comparer ses mouvemens à ceux très-réguliers 
qu'éprouvent les eaux des mers dans le flux et le reflux.
 

Les courans circulans, présumés seulement par la possibilité de leur 
formation, sont peut-être souvent la cause des deux courans d'air différens 
qu'on voit régner en même temps dans certaines circonstances.
 

Observations sur les vents tempêtueux.

La violence des vents (non orageux) est moins relative aux plus grandes 
influences de la lune et du soleil, qu'à un rétrécissement de l'espace dans 
lequel le courant d'air inférieur produit, est forcé de s'effectuer.
 

Aussi les vents tempétueux, qui sont toujours très-bas, c'est-à-dire, qui 
s'exécutent dans la couche la plus basse de l'atmosphère, ont-ils d'autant 
plus de violence, que la couche d'air qui les domine résiste plus à leur 
mouvement, et rétrécit plus l'espace dans lequel ils se développent.
 

Lorsque cette couche immédiatement dominante commence à céder au mouvement de 
l'inférieure, alors la tempête s'affoiblit. Elle 
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Auteur et directeur de publication : Pietro CORSI, pietro.corsi@history.ox.ac.uk
Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.