Accueil Recherche simple par mot (textes et titres)
LivresAnnuaires météorologiques • Observations sur les variations du point de saturation de l’air
Navigation dans le document
|<  << Page : 161 >> >|
Observations sur les variations du point de saturation de l’air
Observations sur les variations du point de saturation de l’air.

En traitant de l'humidité atmosphérique, je me vois obligé d'exposer 
rapidement mon sentiment et mes observations sur ce qui concerne les variations 
du point de saturation de l'air, à l'égard de l'eau qu'il tient en dissolution 
; parce que c'est un des objets les plus importans pour l'intelligence des faits 
météorologiques.
 

J'observe que si l'air qui est chargé de l'humidité atmosphérique en dépose 
sur tous les corps froids qu'il touche, ce n'est point parce que cette eau s'est 
condensée en les touchant, mais c'est parce que ces corps plus froids que l'air 
en ont condensé les portions qui se trouvèrent en contact avec eux, et que 
par-là ils ont concouru à détruire l'isolement des molécules d'eau que ces 
portions d'air contenoient, qu'ils en ont occasionné le rapprochement et la 
réunion, ce qui les a forcées à se déposer sur ces mêmes corps.
 

On va voir que les phénomènes météorologiques ainsi que les résultats des 
expériences de M. Le Roi de Montpellier, et de M. de Saussure, s'expliquent 
très-bien par cette théorie. Elle s'accorde d'ailleurs parfaitement avec les 
faits relatifs aux élévations et aux abaissemens du point de saturation de 
l'air ; tandis que la théorie contraire qui pose en principe que c'est dans les 
élévations de température de l'air, 
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Auteur et directeur de publication : Pietro CORSI, pietro.corsi@history.ox.ac.uk
Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.