Accueil Recherche simple par mot (textes et titres)
LivresAnnuaires météorologiques • Mémoire sur les orages
Navigation dans le document
|<  << Page : 200 >> >|
Mémoire sur les orages
MÉMOIRE SUR LES ORAGES.

Le plus imposant et le plus beau des phénomènes que nous présente 
l'atmosphère, est sans contredit celui qui constitue les orages ; et quoique ce 
soit non-seulement le phénomène le plus curieux et le plus digne de notre 
admiration, mais encore le plus important à connoître, à cause des 
conséquences très-graves pour nous, qui en sont trop souvent les suites ; 
c'est cependant de tous les phénomènes atmosphériques celui qu'on a le moins 
étudié, en un mot, celui qui est le moins connu.
 

Avant d'avoir bien observé ce qui se passe dans les orages, avant d'avoir 
étudié particulièrement chacun des faits qu'ils présentent, on a tenté il y 
a long-temps d'expliquer ce beau phénomène atmosphérique, et pour cela on a 
formé des hypothèses que l'on n'eût jamais admises si les faits particuliers 
que présentent les orages eussent été plus connus. En effet, l'on supposoit 
que la matière du tonnerre étoit un mélange d'exhalaisons susceptibles de 
s'enflammer par le choc et la pression des nuées, que les vents agitoient et 
poussoient violemment les unes contre les autres.
 

Ceux qui savent ce que sont les nuages ; ceux qui, en s'élevant sur de hautes 
montagnes ou dans des ballons, ont traversé ces amas de vapeurs, sentent assez 
combien étoit fausse 
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Auteur et directeur de publication : Pietro CORSI, pietro.corsi@history.ox.ac.uk
Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.