Accueil Recherche simple par mot (textes et titres)
LivresAnnuaires météorologiques • Distinction des temps d'influence d'avec ceux où il n'en existe aucune
Navigation dans le document
|<  << Page : 184 >> >|
Distinction des temps d'influence d'avec ceux où il n'en existe aucune
de notre atmosphère soient beaucoup moins grandes que dans les autres saisons.

On est donc fondé à penser que l'étendue de l'échelle des variations 
atmosphériques que nous pouvons éprouver dans nos climats, est d'autant plus 
grande, que l'atmosphère des régions polaires boréales est plus refroidie.
 

De plus, lorsque dans l'été certaines positions des nœuds et des apsides 
mettent l'atmosphère de la région polaire boréale dans le cas de ne point 
s'échauffer ou de ne s'échauffer que médiocrement, nous avons dans nos 
climats un été interrompu par beaucoup de mauvais temps.
 

Distinction des temps d'influence de ceux où il n'en existe aucune.

S'il est vrai qu'il y ait des temps où des influences agissent avec efficacité 
sur l'atmosphère et d'autres temps où aucune influence n'existe, il doit y 
avoir des moyens généraux propres à faire distinguer dans l'état de 
l’atmosphère ces deux sortes de circonstances, malgré les variations des 
faits produits dans l'un et l'autre cas. Il y en a effectivement, et voici ceux 
qui m'ont paru les plus remarquables, à cet égard.
 

Lorsqu'aucune influence n'est exercée sur l'atmosphère, tous les matins, au 
lever du soleil, le temps est calme, le ciel à-peu-près clair, et, s'il y a 
quelques nuages, ils paroissent presque sans mouvement. Ce n'est que 
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Auteur et directeur de publication : Pietro CORSI, pietro.corsi@history.ox.ac.uk
Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.