Accueil Recherche simple par mot (textes et titres)
LivresAnnuaires météorologiques • Des Vents de redondance
Navigation dans le document
|<  << Page : 133 >> >|
Des Vents de redondance
à un vent comprimant qui s'est établi du Sud vers le Nord, et qui a détruit 
l'équilibre des densités de l'atmosphère dans la couche où il s'est formé, 
on ne voit pas succéder un vent contraire, c'est-à-dire un vent de Nord, mais 
un vent plus ou moins latéral qui y supplée.
 

Il est donc vrai de dire qu'à tout vent comprimant, succède nécessairement un 
vent de retour (un vent de redondance), qui est ou direct ou indirect.
 

Des Vents de redondance.

Dans nos latitudes, tout courant d'air est formé, soit par l'influence directe 
de la lune qui cause dans certaines circonstances, un déplacement plus ou moins 
considérable de l'air des couches inférieures, soit par la nécessité 
d'opérer un remplacement dans quelque partie de l'atmosphère.
 

Le mouvement une fois acquis dans les masses d'air qui se déplacent, il arrive 
très-souvent que le courant continue au-delà du besoin, et alors il se forme 
une compression croissante dans la partie de la même couche où arrive l'air 
déplacé et le superflu de ce déplacement. L'étendue et l'excès de la 
compression augmentent l'obstacle que rencontre le courant à son extrémité 
antérieure, et arrétent à la fin le mouvement acquis. Or, après une légère 
stagnation ou un calme très-passager, il s'établit une redondance, 
c'est-à-dire un vent de retour, nécessitée par la tendance 
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Auteur et directeur de publication : Pietro CORSI, pietro.corsi@history.ox.ac.uk
Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.