Accueil Recherche simple par mot (textes et titres)
LivresAnnuaires météorologiques • Comment on doit diviser l'atmosphère
Navigation dans le document
|<  << Page : 118 >> >|
Comment on doit diviser l'atmosphère
plus grande près de la surface de la terre ; et cette densité va ensuite en 
diminuant progressivement vers la partie supérieure de l'atmosphère.
 

Comment on doit diviser l'atmosphère.

Sans doute il n'est pas possible d'établir dans l'épaisseur de l'atmosphère 
des divisions physiques et reconnoissables, à l'aide desquelles on puisse 
déterminer les lieux véritables où s'exécutent les phénomènes qu'on y 
observe.
 

Néanmoins, afin de se former l'idée la plus juste possible de ce que l'on 
observe, il est nécessaire de diviser, au moins par l'imagination, l'épaisseur 
reconnue de cette enveloppe fluide de la terre ; parce qu'alors on peut fixer 
par estimation quelle est la portion de l'épaisseur de l'atmosphère, qui 
paroit être le siège des faits les plus remarquables qu'il nous importe de 
bien connoître.
 

Or, je dis que si l'on divise par l'imagination l'épaisseur entière de 
l'atmosphère terrestre en neuf parties égales, on peut assurer que c'est 
uniquement dans une seule de ces neuf parties, et particulièrement dans celle 
qui est inférieure et la moins éloignée de la terre, que se forment les 
nuages, les vents et tous les météores aériens et aqueux qu'on observe si 
communément. En effet, les huit autres parties ou régions de l'atmosphère ne 
présentent aucun de ces phénomènes, et ne donnent naissance dans leur sein 
qu'à quelques météores 
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Auteur et directeur de publication : Pietro CORSI, pietro.corsi@history.ox.ac.uk
Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.