Accueil Recherche simple par mot (textes et titres)
LivresMémoires de physique et d'histoire naturelle • SECOND MÉMOIRE, Sur le résultat des altérations que la nature ou l’art peuvent faire subir aux molécules essentielles des composés
Navigation dans le document
|<  << Page : 27 >> >|
SECOND MÉMOIRE, Sur le résultat des altérations que la nature ou l’art peuvent faire subir aux molécules essentielles des composés
23. Dans mon premier Mémoire, je vous ai dit (n. 3) que la molécule 
essentielle d’un composé était la plus petite molécule dans laquelle la 
masse de ce composé pouvait être réduite, sans que la nature de cette 
substance soit altérée.
 

Cette molécule n’est point un objet métaphysique (1), comme quelques 
personnes le prétendent ; c’est au contraire un être dont l’existence 
généralement reconnue, mérite la plus grande attention de la part des 
physiciens et des chimistes, afin de le connaître lui-même sous tous les 
rapports convenables.
 

Je vous ai dit ensuite (n. 4.) que la molécule essentielle dont je viens de 
parler, résultait de 

(1) Soutenir que les considérations relatives aux molécules essentielles des 
composés sont des considérations métaphysiques, ce serait une assertion aussi 
peu fondée que si l’on disait que les principes de la cristallisation, 
qu’on sait être établis sur des faits relatifs aux molécules essentielles 
des composés, ne sont que des principes métaphysiques. 
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Auteur et directeur de publication : Pietro CORSI, pietro.corsi@history.ox.ac.uk
Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.