Accueil Recherche simple par mot (textes et titres)
LivresMémoires de physique et d'histoire naturelle • ARTICLE III. DU FEU CALORIQUE, ou du feu libre, dans un état d’expansion:
Navigation dans le document
|<  << Page : 171 >> >|
ARTICLE III. DU FEU CALORIQUE, ou du feu libre, dans un état d’expansion:
203. Il y a long-tems sans doute que l’homme connaît la matière de la 
chaleur, ou du moins qu’il l’a remarquée et même qu’habituellement, il 
l’a fait servir à ses usages. C’est en effet elle seule qu’il a 
désignée sous le nom de feu : et comme il ne s’est pas encore apperçu que 
la matière qu’il voyait, n’avait que passagèrement, et par circonstance, 
les qualités qu’il lui remarquait ; alors il les lui attribua comme 
essentielles à sa nature.
 

Ainsi l’on crut que l’essence de la matière du feu était de causer la 
chaleur, de dilater, ou liquefier, ou volatiliser, ou vaporiser, ou brûler, ou 
calciner certains corps ; tandis que cette matière n’a les facultés 
singulières que je viens de citer, que dans son état très-passager de 
modification qui la constitue feu calorique.
 

Voyons donc en quoi consiste cette modification singulière de la matière du 
feu qui en reçoit des facultés si remarquables ; facultés qu’elle n’a 
point essentiellement. 
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Auteur et directeur de publication : Pietro CORSI, pietro.corsi@history.ox.ac.uk
Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.