Accueil Recherche simple par mot (textes et titres)
LivresRecherches sur l’organisation des corps vivans
Navigation dans le document
|<  << Page : 158 >> >|
Mais malheureusement il est des cas où la raison elle-même exige que l’on se 
relâche un peu de cette sévérité, quoiqu’elle soit si nécessaire dans 
tous les autres ; car il y a des objets qu’il est indispensable de 
considérer, si nous ne voulons pas nous exposer à de faux résultats 
relativement à l’étude des autres, et cependant les moyens à notre 
disposition pour cela sont extrêmement bornés.
 

En effet, s’il étoit vrai que nos sens fussent assez délicats pour que tout 
corps physique, c’est-à-dire pour que toute matière quelconque puisse les 
affecter assez fortement pour se rendre perceptible à nous par leur moyen ; 
s’il étoit vrai encore que nous pussions, non-seulement appercevoir toutes 
les matières qui existent, mais encore en retenir des portions à notre gré, 
afin d’en pouvoir faire l’examen propre à nous en assurer la connoissance 
parfaite, sans doute on ne devroit jamais se relâcher de la sévérité dans 
les principes que je viens de citer.
 

Quel est l’homme néanmoins qui, bien instruit de tout ce qui a été 
observé, oseroit maintenant soutenir que nous pouvons directement connoître 
toutes les matières qui existent dans la nature ? 
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Auteur et directeur de publication : Pietro CORSI, pietro.corsi@history.ox.ac.uk
Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.