Accueil Recherche simple par mot (textes et titres)
Documents sur les auditeurs de LamarckP.Corsi, "Lamarckians" and "Darwinians" in Turin, 1812-1894 (in french) • « LAMARCKIENS » et « DARWINIENS » A TURIN (1812-1894)
Navigation dans le document
Page : 1 >> >|
« LAMARCKIENS » et « DARWINIENS » A TURIN (1812-1894)
Dans sa communication documentée concernant la diffusion des idées de Charles 
Darwin et des doctrines évolutionnistes en Italie, le Pr Giuseppe Montalenti a 
mis l'accent sur les événements politiques, philosophiques, et plus 
généralement culturels, qui, depuis les premières décennies de notre 
siècle, ont opposé un obstacle important à l'approfondissement des études et 
des recherches dans le domaine de la biologie évolutionniste. La philosophie 
idéaliste et les courants de pensée qui lui succédèrent, prenant toutefois 
leur point de départ théorique dans l'idéalisme de Giovanni Gentile et les 
doctrines de Benedetto Croce, ont été prédominants : ceci a certainement 
exercé une influence négative, et qui n'est pas encore tout à fait 
surmontée, sur le développement de secteurs importants des sciences physiques 
et naturelles en Italie. Contrairement à ce qui se passait en Italie, la 
recherche philosophique, effectuée dans plusieurs pays d'Europe et aux 
Etats-Unis, se posait le problème des conséquences possibles du grand 
développement de la science et de la technique contemporaine sur les plans 
épistémologique, gnoséologique et éthique. Depuis les années 30, Gaston 
Bachelard invitait les épistémologues et les philosophes à analyser avec des 
instruments adéquats les grandes « révolutions » philosophiques, implicites 
et souvent cachées, dans tout grand changement conceptuel, à l'intérieur des 
sciences physiques et naturelles. Dans la culture française, d'importants 
secteurs de la recherche philosophique ont prêté attention aux fondements 
épistémologiques des sciences physiques et naturelles, et ceci a contribué de 
façon déterminante à donner une nouvelle vigueur à l'étude du 
développement historique de la pensée scientifique.
 

En Italie, au cours de la première moitié de ce siècle, les courants 
philosophiques dominants prêtaient peu d'attention aux problèmes de 
l'épistémologie moderne, et l'histoire de la pensée scientifique rencontrait 
de sérieux obstacles tant au niveau culturel qu'au niveau institutionnel. C'est 
seulement en 1980 que l'Université italienne a pourvu à l'institution des six 
premières chaires destinées à l'enseignement de l'histoire de la science. Des 
savants et des philosophes, tels que Federico Enriques et Aldo Mieli, avaient 
prodigué leurs efforts, pendant les premières décennies du siècle, pour 
éveiller l'intérêt de leurs collègues pour l'histoire de la science ; ils 
trouvèrent en France, et à Paris en particulier, un climat politique et 
culturel plus favorable à leurs initiatives éditoriales et institutionnelles. 
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Auteur et directeur de publication : Pietro CORSI, pietro.corsi@history.ox.ac.uk
Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.