Accueil Recherche simple par mot (textes et titres)
Documents complémentairesConsidérations en faveur du chevalier de la Marck • CONSIDÉRATIONS
Navigation dans le document
Page : 1 >> >|
CONSIDÉRATIONS
En faveur du chevalier de la Marck, ancien officier au Régiment de Beaujolais, 
de l'Académie Royale des Sciences, Botaniste du Roi, attaché au Cabinet 
d'Histoire Naturelle.
 

ON prétend que l'Assemblée nationale ne se propose point de détruire les 
établissements utiles aux progrès des sciences, qu'elle fera très peu de 
réformes dans cette partie et que celles qu'elle opérera n'auront en vue que 
des objets véritablement inutiles.
 

Tel paraît être aussi l'esprit du rapport que le Comité des Finances doit 
faire à cette auguste Assemblée, au sujet des établissements dont il s'agit. 
Cependant on ne sait par quelle insinuation, mais on y voit, sans doute avec 
surprise, que ce Comité propose dans son rapport la suppression de la place de 
Botaniste attaché au Cabinet du Roi et de réunir les fonctions de cette place 
à celles du Professeur du jardin des plantes.
 

Dans le Mémoire imprimé ci joint, on prouve que la place de Botaniste attaché 
au Cabinet du Roi est essentielle, qu'elle a des fonctions très étendues et 
nécessaire, et qu'on ne peut la réunir à celle du Professeur du jardin, ou de 
tout autre, qu'au détriment de la chose même qui en est l'objet, et qu'au 
désavantage des moyens propres à favoriser en France les progrès de la 
Botanique.
 

Dans celui-ci, l'on expose succinctement les titres du Chevalier de La Marck, à 
cette même place dont il est en possession ; afin que l'on puisse juger s'il 
existe en France quelque botaniste à qui la préférence dût être accordée, 
si son déplacement pouvait être jugé nécessaire. 
Créer son extrait avec MonPDF Marquer cette page avec votre compte ICEberg+

Auteur et directeur de publication : Pietro CORSI, pietro.corsi@history.ox.ac.uk
Hébergement : Centre de Calcul de l'IN2P3-CNRS.